Résurrection de Jésus

 Préparation à la résurrection

Les cas de Résurrection dans la Bible ne sont pas comparables à la résurrection de Jésus. Ces personnes reviennent en effet à la vie dans le même corps mortel. Jésus revient dans un corps renouvelé avec d’autres caractéristiques.

Jésus annonce qu’il donne sa vie de lui-même mais qu’il a le pouvoir de la recouvrer. Jésus annonce à l’avance qu’il va mourir mais que le troisième jour, il ressuscitera d’entre les morts.

Le récit de la transfiguration est une anticipation de la résurrection. Le but c’est la préparation de Pierre, Jacques et Jean à accepter la résurrection quand elle se produira.

Au moment de la transfiguration, Luc nous dit, que l’aspect du visage de Jésus devint autre. Le visage de Jésus après sa réssurection sera effectivement autre, au point que Marie-Madeleine et ses dicciples auront du mal à le reconnaître.

Comment estimer la durée entre la mort et la résurrection de Jésus ?

L’analyse scientifique du sang du Linceul montre que le contact entre le corps et le Linceul se serait produit de 2 à 3 heures après la mort (selon les lois de la coagulation sanguine).

Le corps reste environ 36 heures en contact avec le Linceul selon les lois de la coagulation sanguine et selon le flétrissement des fleurs.

Donc le Christ meurt vers 15h00 conformément aux écritures (Matthieu 27, 46). Le corps devait être dans le Linceul et au tombeau au plus tard à 18h00, début du jour du sabbat. Donc si le corps a été mis dans le Linceul le vendredi à 18h00, et si l’on rajoute 36 heures, le corps serait sorti du Linceul le dimanche vers 6h00 dès l’aurore.

La parole est respectée : vendredi, samedi, dimanche. Le premier jour c’est le dimanche, c’est l’aube et il fait encore sombre. (Jean 20, 1).

Comment expliquer la cause de l’empreinte sur le Linceul et sur le Voile ?

La cause de l’empreinte du corps du Linceul s’explique par la première propriété du corps ressuscité, la clarté. La clarté fait resplendir les corps glorieux.

L’image du corps s’est imprimée postérieurement, au moment de la sortie du corps du Linceul. L’image est le résultat d’une projection sur un linge absolument horizontal.

L’empreinte sur le Linceul de Turin, notamment la tridimensionnalité et l’isotropie de l’image, ainsi que l’existence de l’empreinte elle-même ne s’expliquent que par l’émission de lumière à partir du corps du Christ lui-même avec une énergie considérable.

Comment expliquer l’intensité de l’empreinte sur le Linceul ?

L’intensité de l’empreinte du corps du Linceul s’explique par la deuxième propriété du corps ressucité, l’agilité. L’agilité c’est le don d’être affranchi du poids de la matière.

L’empreinte du Linceul correspond à un homme qui aurait été à la fois couché et debout.

L’homme semble couché parce que les coulées de sang après la mort correspondent à un corps en position horizontale, la position des jambes en légère flexion implique un corps en position horizontale, la position des pieds implique un corps en position horizontale.

L’homme semble debout parce que les cheveux longs tombent le long du visage, l’aplatissement du corps par la pesanteur n’existe pas, les silhouettes de face et de dos sont de même intensité malgré le poids du corps.

Pour l’empreinte de l’homme lui-même, le paradoxe apparent n’a qu’une explication, le corps semble ne plus être soumis à la pesanteur. Le corps de Jésus n’est plus soumis aux lois physiques. Il n’est plus soumis aux lois de la pesanteur. Le poids du corps ne fait plus son effet. Cela explique que les silhouettes de face et de dos sur le Linceul sont de même intensité.

Comment expliquer la sortie du corps du Linceul ?

La sortie du corps du Linceul s’explique par la troisième propriété du corps ressuscité, la subtilité. La subtilité c’est le don de pénétrer les autres corps sans rencontrer aucune résistance.

Le matin de Pâques un « événement » se produit, le corps passe au travers de la Coiffe, du Linceul et du Voile sans laisser de traces d’arrachement des fibrilles du lin ou des caillots sanguins.

Jésus ne sort pas des toiles funèbres et ne sort pas non plus par l’entrée du sépulcre. Il les traverse par la propriété du corps ressucité. Par sa résurrection, Jésus passe d’un corps à dimension temporelle à un corps à dimension éternelle. Il n’est plus soumis aux lois physiques.

Comment expliquer que le corps de Jésus n’est pas été retrouvé ?

Le fait de ne pas retrouver le corps mort de Jésus s’explique par la quatrième propriété du corps ressuscité, l’impassibilité. L’impassibilité, c’est le don d’immortalité du corps.

Le corps ressuscité n’est soumis à la mort. Le corps de Jésus n’a jamais été retrouvé. Il est monté au ciel avec son corps ressuscité le jour de l’ascension.

Récit de la résurrection

Le corps du crucifié est là dans son Linceul depuis le vendredi vers 18h00. Le corps de l’homme est dans le tombeau depuis 36 heures. Le matin de Pâques vers 6h00 du matin, l’esprit du Seigneur Jésus revient dans son corps avec une énergie considérable. Le corps reprend vie, mais c’est un corps sous un autre aspect. Il s’agit d’un corps ressuscité avec les quatre propriétés spécifiques. Le troisième jour, le Père ressuscite le Fils dans la puissance du Saint-Esprit selon les écritures. L’Esprit du Seigneur revient dans son corps, mais dans un corps glorifié qui change de statut.

Nous avons vu que l’image du visage sur le Linceul existe sur l’envers (la face cachée jusqu’en 2002 par la Toile de Hollande) du Linceul, mais pas au niveau du dos. Cette découverte récente a pour conséquence, puisque aucune coloration n’existe à l’intérieur du tissu, que l’image peut être dite doublement superficielle : évidente sur l’endroit, très faible sur l’envers et rien entre les deux. Nous avons vu également que l’image sur le Voile de Manoppello existe des deux côtés du tissu.

Au début, le corps rayonnant traverse d’abord la Coiffe au niveau de la tête affectant l’image du Linceul. Ensuite le Christ ressuscité traverse et imprime la partie supérieure du Linceul, et l’autre côté du Linceul reçoit un peu de rayonnement ce qui explique la double superficialité de l’image. Le visage traverse ensuite le Voile de Manoppello et laisse son empreinte des deux côtés du Voile.

Le corps a traversé le Linceul par le haut ce qui explique la double superficialité et les informations tridimensionnelles du devant du corps, et l’absence de double superficialité et de dimensions tridimensionnelles du dos.

Le corps a traversé le Voile de Manoppello ce qui explique la double superficialité et les informations apparentes tridimensionnelles de l’image du visage.

Témoignage de Jean

La traduction du récit de gens à partir du grec est :

Jean 20, 6-7 « 6Arrive, à son tour Simon-Pierre qui le suivait ; il entre dans le tombeau et considère les linges (Linceul de Turin, Coiffe de Cahors, bandelettes) gisants 7et le suaire (Voile de Manoppello) qui avait recouvert la tête ; non pas gisant à plat avec les linges, mais distinct, disposé en rond à la même place (ou enroulé, lui, en place).   8C’est alors que l’autre disciple, celui qui était arrivé le premier, entra à son tour dans le tombeau ; il vit et il crut. »

Le Linceul de Turin, la Coiffe de Cahors, et les bandelettes sont exactement comme ils avaient été mis lors de l’ensevelissement du Christ au tombeau, mais les linges sont affaissés, gisants.

Les deux disciples voient le Voile de Manoppello enroulé à la même place, c’est-à-dire rigidifié dans la forme que lui donnait la tête de Jésus.

Le corps du Christ est sorti du Linceul sans changer la disposition des linges. Jean en conclut d’une part que l’on n’a pas volé le cadavre comme le croit au début Marie-Madeleine, d’autre part que le Christ a traversé les linges. Pour Jean, le Christ est donc ressuscité car son corps glorieux a traversé les linges.

Explication sur la position du Linceul et du Voile

L’image tant sur le linceul que sur le voile serait due à une roussissure, une légère brûlure provoquée par un rayonnement électromagnétique (émission de photons, particules de lumière) dont la source est le corps enveloppé dans le Linceul et dont le visage a été recouvert par le Voile.

Lors de la résurrection le Christ est en gloire comme lors de la transfiguration sur le Mont Tabor. Le Christ en gloire est lumineux et cette lumière va produire une déshydration et une roussissure des tissus mortuaires. Une fois le corps sorti, les tissus plus lourds vont s’affaisser. Le Voile en byssus, très léger, va légèrement se rigidifier et conserver sa forme pendant un certain temps.

La position du Voile de Manoppello resté en place après la résurrection vient corroborer la formation de l’image du Linceul et du Voile à partir d’une émission de photons à partir du corps lui-même (chaleur, coup de soleil…).

Caractéristiques de corps ressuscité

Dans l’épitre aux Corinthiens Saint Paul nous parle des propriétés du corps ressuscité.

1 Cor 15, 42-44 : « 42Ainsi en est-il pour la résurrection des morts. Semé dans la corruption, le corps ressuscite, incorruptible ; 43semé dans l’ignominie, il ressuscite glorieux ; semé dans la faiblesse, il ressuscite plein de force ; 44semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. »

Don d’impassibilité

Saint Paul nous dit du corps ressuscité en 1 Cor 15, 42b : « Semé dans la corruption, le corps ressuscite, incorruptible ». Après la résurrection, Jésus n’est plus mortel dans son humanité. C’est le don d’impassibilité dont parle Marie d’Agreda. Jésus ne peut plus mourir il est élevé au ciel avec son corps ressuscité (Actes 1, 9).

Don de clarté, le corps glorieux

Saint Paul nous dit du corps ressuscité en 1 Cor 15, 43a : « semé dans l’ignominie, il ressuscite glorieux ». Avant la résurrection, lors de la transfiguration, Jésus se montre dans un corps glorieux, son visage resplendit comme le soleil et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière (Matthieu 17, 2). A la résurrection le Christ ne peut se montrer dans toute sa gloire pour montrer qu’il est bien ce Jésus que les disciples ont connu, qu’il est bien le Fils de l’homme. Les disciples auront déjà bien du mal à le reconnaître et à accepter sa résurrection.

Don de clarté, Jésus identique et différent

Après la résurrection, Jésus est le même et est tout autre. Jésus est difficile à reconnaître pour ses disciples. Les deux visages du Linceul de Turin et du Voile de Manoppello bien que superposables ne sont pas identiques et c’est le témoignage des disciples qui ont connu le Maître et qui l’ont vu ressuscité. Marie de Magdala voit Jésus mais ne le reconnaît pas. Elle croit qu’elle a affaire au gardien du jardin. Les disciples d’Emmaüs ne le reconnaissent pas. Même les disciples sur la barque de tibériade ne le reconnaissent pas au début (en Jean 21, 4 et 21, 12).

Don d’agilité

Saint Paul nous dit du corps ressuscité en 1 Cor 15, 43b : « semé dans la faiblesse, il ressuscite plein de force ». Après la résurrection, Jésus n’est plus soumis dans son corps aux lois physiques. Il est affranchi de l’enfermement de la matière. Jésus a la connaissance et arrive au bon moment dans les lieux où se trouvent ses disciples. Il se déplace instantanément. Il apparaît ou disparaît instantanément (Luc 24, 31 et Luc 24, 36)

Don de subtilité

Saint Paul nous dit du corps ressuscité en 1 Cor 15, 44 : « semé corps animal, il ressuscite corps spirituel ». Après la résurrection, Jésus traverse les obstacles. C’est ce que nous voyons dans les versets de Jean. (Jean 20, 19 et Jean 20, 26).

Corps en chair et en os

Mais le corps de Jésus est une réalité physique. Il a une consistance. Ce n’est pas un hologramme. Jésus permet à Thomas de le toucher (Jean 20, 27). Jésus, pour montrer qu’il n’est pas qu’un esprit mais qu’il a un corps se laisse toucher par ses disciples et mange avec eux (Luc 24, 36-43).

Résurrection du Seigneur

La concordance entre ces linges sacrés et la parole de Dieu, la Bible, est un signe de la réalité de l’incarnation du Verbe. Le Verbe qui est Dieu s’est fait chair et a épousé notre condition humaine.

La concordance entre ces linges sacrés et la parole de Dieu, la Bible, est un signe de la réalité de la rédemption du Seigneur. Jésus, « Dieu sauve », a pris sur lui nos péchés et nous a rachetés par sa passion et sa mort. Il est ressuscité le troisième jour, il a vaincu la mort.

Le Linceul de Turin et le Voile de Manoppello sont les deux seules vraies images du visage du Seigneur Jésus-Christ, non faite de main d’homme.

Le Linceul de Turin, la Tunique d’Argenteuil, le Suaire d’Oviedo, la Coiffe de Cahors et le Voile de Manoppello sont un signe de la mort et de la résurrection du Jésus des évangiles.

 

La mort et la résurrection du Seigneur ont produit :

–          L’empreinte du corps comme en négatif sur le Linceul de Turin représentant un homme supplicié, crucifié conformément aux écritures, avec les yeux fermés, la bouche fermée, mort ;

–          L’empreinte du visage en positif sur le Voile de Manoppello, représentant une face d’Homme gardant les traces de la passion conformément aux écritures, avec les yeux ouverts, la bouche ouverte, vivant.

 

Amen, Alléluia,  il est ressuscité. Il est vraiment ressuscité.

Amen, alléluia, il est vivant. Il est le Vivant pour l’éternité des temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *